Plans d'ensemble des tuyauteries

rocdacier

Admin
Admin
Membre échange
Weld Club

1.4. PLANS D’ENSEMBLE DE TUYAUTERIES
1.4.1. TUYAUTERIES ENTERREES
A partir d'une copie du plan d’implantation, les tuyauteries enterrées (eau potable, réseau d’incendie, gaz naturel, eau brute,…) seront positionnées (profondeurs, coordonnées des changements de direction, coordonnées des vannes, …).

Ces plans seront établis en tenant compte des plans de génie-civil pour le réseau d’égouttage (eaux résiduaires et eaux de pluie), l’implantation des pieux, etc….) des plans du service électrique (chemin de câbles), des plans mécaniques pour la manutention, par exemple.

1.4.2. TUYAUTERIES AERIENNES

Les plans seront au format A0 ou A1 (si possible A1 plus facile d'accès sur un chantier ). Les tuyauteries seront dessinées à l’échelle 1/20 ; 1/25 ; 1/33 ; 1/3 ou 1/50. L’échelle 1/33 1/3 étant préférable. Seule une vue en plan sera dessinée, mais elle devra être complète. Des coupes seront réalisées aux endroit difficiles, vues horizontales à des niveaux différents, vues secondaires (élévations, coupes transversales), vues partielles pour montrer certains détails particuliers. Les vues secondaires ne seront utilisées qu’en cas d’absolue nécessité.

La rose des vents indiquera toujours le NORD FICTIF et sera disposée de la même façon que pour le plot plan. Les tuyauteries seront repérées conformément aux P&ID et des notes que nous avons établies au chapitre 1 de la première partie de cet ouvrage.

Remarques :
a) Pour une même étude, toutes les vues principales et secondaires seront exécutées à la même échelle. Il en sera, en général, de même pour les vues partielles. Toutefois, dans le but d’obtenir une plus grande clarté, on pourra les exécuter à une échelle différente.

b) Les plans d’ensemble permettent de situer les tuyauteries dans leur environnement en tenant compte des plans établis par les autres corps de métier (génie-civil, charpentes, chaudronnerie,…).

L’ensemble de cet environnement ( fondations, bâtiments, charpentes, appareils, brides sur appareils, échelles, escaliers, plateformes, etc … ) ) sera toujours tracé en traits fins. Ne sera dessiné que tout ce qui peut interférer avec les tuyauteries, inutile donc de dessiner un bâtiment complet, si seul un coin interfère avec les tuyauteries.

1.4.3. CRITERES A SATISFAIRE
a) Le coût : Les tracés doivent être les plus courts possibles, compte tenu évidemment des impératifs techniques (flexibilité, possibilité de supportage, environnement,…). L’utilisation des brides sera réduite au stricte minimum, surtout pour les tuyauteries dangereuses (HNO3, NH3,…). Néanmoins, le projeteur aura à vérifier le démontage ou la maintenance de ces tuyauteries.

b) Le fonctionnement : S’assurer de la bonne position des vannes, afin qu’elles soient facilement

manœuvrables et bien orientées (nous analyserons ce point plus en détail ci-après).

c) La sécurité : Les tuyauteries ne peuvent constituer un obstacle à la libre circulation du personnel, que ce soit au niveau du sol ou aux divers étages d’une installation. Le projeteur devra vérifier la présence des soupapes de sûreté, telles que prévues par le process sur les P&ID. Leurs échappements doivent être étudiés pour ne présenter aucun danger pour le personnel.

d) La construction : Les soudures devront être disposées afin qu’elles soient exécutables (accès) et contrôlables. Dans certains cas, le dessinateur prévoira les épreuves hydrauliques sur site, attention que les vannes process soient prévues pour résister à la pression d’épreuve (voir constructeur). Dans le cas contraire, prévoir des plateaux pleins provisoires.

f) Le « design » : Les tracés seront orthogonaux, parallèles ou perpendiculaires au murs, ou aux faces d’une structure. Les tuyauteries ne peuvent pas passer en face des fenêtres d’un bâtiment. Rappelez-vous, qu’une installation qui donne une mauvaise impression d’ensemble est toujours mal étudiée et présentera des lacunes dans son fonctionnement.

1.4.4. PLANS « AS BUILT »
Quel que soit le soin avec lequel les plans (ensembles et détails) seront réalisés, des modifications ou adaptations sur site seront nécessaires, ce qui peu dans certains cas compliquer la maintenance ou les modifications ultérieures. Il est parfois demandé au constructeur ou au bureau d’études de remettre ces plans conforme à l’exécution (AS BUILT). Cette notion doit être explicitée au niveau de la commande, si l’on veut éviter les dépenses inutiles. En pratique, on limitera la mise en conformité aux tuyauteries de dn≥40. Ces modifications seront apportées EN ROUGE sur une copie des plans ( attention à la compatibilité entre les logiciels DAO par exemple ) .

1.4.5. MATERIELS UTILISES PAR LE PROJETEUR
En Europe, avant 1960 environ, la conception des installations était réalisée sur tables à dessins conventionnelles. Par la suite, sont apparues les « Maquettes » premier système 3D qui avait de nombreux avantages, puisqu’en matérialisant l’installation, le projeteur pouvait concevoir avec plus de facilité et plus rapidement le tracé des liaisons, les intersections, le passages des appareils de manutention, etc…

Le client pouvait réagir plus rapidement et expliciter plus facilement ses impératifs. Ces maquettes étaient réalisées à partir d’éléments en matière plastique du commerce et strictement à l’échelle (tubes, vannes, pompes, …). Les pièces spéciales (colonnes, tanks,…) étaient réalisées en bois ou en polystyrène. Le problème était le coût élevé de ces maquettes et qu’il fallait toujours réaliser des isométriques.

Actuellement le projeteur a, à sa disposition, un ordinateur et surtout des logiciels de D.A.O. (Dessin Assisté par Ordinateur) 3D (volumique et surfacique) très performant (Autocad, Microstation,…), lui permettant de réaliser des installations complètes tridimensionnelles comportant les réseaux de tuyauteries pouvant être visualisées via un système « Caméra ». En outre, ces logiciels permettent de vérifier si des lignes ne coupent pas d’autres lignes, colonnes ou appareils et offrent la possibilité de sortie sur table traçante des isométriques complètes par ligne. Toutefois, chacun comprendra que ce procédé, vu son coût, ne pourra être appliqué en cas de réalisation d’un isométrique, dans le cadre d’une modification à réaliser dans une installation existante n’ayant pas été conçue sur D.A.O.

La C.A.O. (Conception Assistée par Ordinateur) implique l’interaction entre le dessin de la tuyauterie et les calculs permettant de vérifier que les condition imposées sont respectées (flexibilité, écoulement des fluides, etc…). Si ce n’est pas le cas, il faudra revoir le tracé et vérifier sa conformité par rapport à l’environnement.
 
Dernière édition:
Haut