Les principaux procédés de soudage

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La suite des cours de l’ouvrage « Technologie du soudage » par Jean MATON, se fait avec le chapitre 2 qui est nommé par son auteur Notions fondamentales de soudage

Si vous préférez lire le cours précédent qui traite des notions de soudage et de l’aspect du soudage ou le sommaire

Cette partie traite des Principaux procédés de soudage

  • 2.1 Définition du soudage
  • 2.2 Les aspects du soudage des métaux
  • 2.3 Principaux procédés de soudage
  • 2.4 La soudabilité
  • 2.5 Méthodes de traitements thermiques après soudage
  • 2.6 Effets mécaniques du cycle thermique
  • 2.7 Règles pour la conception des pièces soudées
  • 2.8 Préparation des assemblages soudés
  • 2.9 Position de soudage de l’assemblage
  • 2.10 Outillages de montage
  • 2.11 Représentation normalisée des soudures
  • 2.12 Position et symboles sur le dessin

Pour souder les métaux, on peut obtenir la continuité de la matière, soit par fusion, soit par pression. Par fusion, la continuité s’établit au refroidissement, à partir de l’état liquide. Le soudage à cet égard s’apparente à une opération de fonderie localisée. Par pression, la continuité est obtenue sous un effort mécanique à une température convenable avec déformation plastique. Le soudage s’apparente alors à une opération de forgeage localisée.

Dans certains cas, les deux modes opératoires peuvent être associé et le soudage s’accomplit à la fois par fusion et par pression. A l’exception du soudage à froid, d’application relativement récente et limitée qui met en jeu un forgeage à température ordinaire, le soudage fait normalement intervenir une source d’énergie qui porte localement les pièces à assembler à une température convenable ( t° de fusion ou t° de forgeage ). Pour être facilement applicable au soudage, cette source d’énergie doit être très puissante, c’est-à-dire capable d’apporter une grande quantité de chaleur en un temps très court.

A côté du problème purement énergétique, le soudage pose également une question d’ordre métallurgique. En effet, il importe qu’au cours de l’exécution du joint, les propriétés des matériaux métalliques ne soient altérées par le contact à haute température avec l’oxygène de l’air. Cette condition est aujourd’hui parfaitement satisfaite pour les procédés modernes de soudage.

  • 2.3.1 Soudage en phase solide : par pression à froid; par explosion; par thermo-compression; à la forge; par frottement; par résistance; par ultra-sons; par pression à chaud; par pression bout à bout; par induction.
  • 2.3.2 Soudage thermo-mécanique : par plasma, à l’hydrogène atomique; aux gaz; par alumino-thermie.
  • 2.3.3 Soudage par résistance électrique : par induction HF; par étincelage; par bossage; à la molette; sous laitier.
  • 2.3.4 Soudage à l’arc découvert : par fil nu, goujons; décharge de condensateurs, arc avec électrode en carbone.
  • 2.3.5 Soudage à l’arc sous flux solide : électrode enrobée sous flux
  • 2.3.6 Soudage à l’arc sous protection gazeuse : TIG; MIG; MAG; MAG + flux; MIG-plasma.
  • 2.3.7 Soudage par radiation : bombardement électronique, laser.

2.3.8 Un procédé de soudage doit satisfaire à 4 exigences

  • 1. Comporter une source d’énergie permettant d’unir 2 pièces par fusion ou par pression.
  • 2. Pouvoir éliminer la contamination superficielle des faces à unir.
  • 3. Eviter la contamination atmosphérique ou ses effets
  • 4. Avoir le contrôle métallurgique de la soudure.

Si vous souhaitez voir le cours précédent sur les notions et aspects du soudage ou le suivant qui traite de la soudabilité

Ou si vous souhaitez retourner à la table des matières

  •  
  •  
  •  
  •  
  •