Quoi de neuf en soudage, tôlerie, chaudronnerie (02/2019)

  •  
  •  
  •  

1) Nouveau réseau pour le soudage par friction malaxage (FSW)

Voici maintenant bientôt 20 ans, l’Institut de Soudure est devenu l’un des maillons du développement du soudage par friction malaxage (FSW) en France et en Europe, et accompagne à ce titre un certain nombre de ses partenaires industriels qui ont su prendre le pari de cette technologie prometteuse dans de nombreux secteurs d’activités, et lui ont fait confiance sur le long terme.

Ce procédé est aujourd’hui parvenu à un tournant de son industrialisation, et quelques sociétés dont Ariane Group, Calip Group et Renault pour ne citer qu’elles ont déjà franchi le pas, alors que certaines s’apprêtent à le faire après avoir mesuré les possibilités de lever les verrous concernant leur secteur, et que d’autres n’ont pas en-core mesuré ce que pourrait leur apporter cette technologie. C’est la raison pour laquelle l’Institut de Soudure propose à ses membres, mais également à tous les industriels susceptibles d’être intéressés, de rejoindre un réseau dont l’intérêt partagé par tous sera principalement de permettre la mise en relation des différents acteurs gravitant autour de ce procédé, de mettre en commun les réflexions sur la stratégie d’industrialisation du FSW et de faire émerger des problématiques qui pourront alimenter des travaux de R&D plus amonts.

Ce « Réseau FSW », parrainé par Airbus à travers Stéphane Viaud, sera géré par l’Institut de Soudure et animé par Amarilys Ben Attar, spécialiste FSW. La commission FSW apportera également sa contribution à travers Marie-Noëlle Avettand-Fenoel, Présidente de cette commission et Maître de conférence à l’université de Lille 1. Lancé depuis le mercredi 6 février 2019 à l’Institut de Soudure de Villepinte, ce réseau porte en lui l’avenir de cette technologie mature.

Vidéo de procédé friction-malaxage (FSW)

2) Les Olympiades des Métiers

Du 29 novembre au ler décembre dernier les finales nationales de la 45ème édition des Olympiades des Métiers avais lieu en région Normandie.

Ce concours professionnel a regroupé, sur trois journées d’épreuves, pas moins de 670 jeunes venus de la France entière pour se confronter dans l’un des 57 métiers en compétition. Au sein de ces derniers, 62 apprentis en formation chez les Compagnons du Devoir concourraient dans 16 métiers différents tels que la charpente, la métallerie, la plomberie et chauffage… Eh bien, 32 d’entre eux, soit plus de la moitié, se sont hissés sur le podium. Ils ont décroché au total 7 médailles d’or, 4 d’argent et 10 de bronze. Et en métallerie, c’est même la totalité du podium qui était occupé par des Compagnons du Devoir, (Francis Perrot-Minnot, Pays de la Loire, médaille d’or, William Lassalzede, Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, médaille d’argent, Maël Prieur, Île-de-France, médaille de bronze et Guillaume Oswald, Grand Est, médaille d’excellence).

Une belle démonstration de la qualité de la formation! En chaudronnerie cette fois, si la médaille d’or échappe aux Compagnons du Devoir, Florian Trochou du Centre-Val de Loire obtient la médaille d’argent devant Stanislas Gérard des Pays de la Loire pour la médaille de bronze et Victor Unique d’Île-de-France, qui signe la médaille d’excellence. Les deux dernières heures de compétition ont été les plus redoutables », déclare Florian Trochou. J’avais chaud et les bras qui tremblaient. C’était une longue épreuve, il fallait bien gérer son temps.

Je suis soulagé de décrocher cette médaille d’argent, car elle récompense la préparation intense que j’ai suivie. Un mois et demi avant les épreuves, je m’entraînais sept jours sur sept » – Âgés de moins de 23 ans, ces jeunes apprentis ont tous un point commun : ils vivent leur métier comme une passion. Sous le regard aiguisé des jurés, mais aussi du public qui pouvait assister en direct aux épreuves, les jeunes ont su faire face au stress et surmonter les moments de doute pour aller jusqu’au bout de ce challenge professionnel, mais aussi personnel. Cette reconnaissance, décernée par les experts de chaque métier, est très importante pour les jeunes. Elle vient récompenser leurs efforts et plusieurs mois d’entraînement pendant lesquels ils ont pu compter sur le soutien de leurs formateurs chez les Compagnons du Devoir. En outre, on trouve parmi ces jeunes médaillés, de futurs membres de l’Équipe de France des Métiers qui défendront les couleurs tricolores lors de la compétition internationale WorldSkills Kazan, en août 2019. Encore de belles émotions à venir

Interview de Quentin Lefevre qui représenté la Normandie

3) Nouveau: un acier HLE à bords ductiles

Développé pour les applications automobile à fortes contraintes de fabrication, l’acier Docol HE de SSAB présente une ductilité des rives renforcée, qui se traduit par une meilleure formabilité locale, une meilleure qualité de découpe des rives et une meilleure aptitude à l’expansion de trous.

Notre nouvelle gamme d’acier Docol HE est unique sur le marché, elle s’inscrit dans la stratégie SSAB de créer des nuances d’acier toujours plus résistantes, tout en faisant progresser la qualité des nuances THLE existantes explique Daniel Sund, responsable des produits laminés à chaud pour SSAB

Parce que sa microstructure est plus fine et que la ductilité sur les rives est améliorée, l’acier Docol HE permet de produire des pièces dont les rives ne présentent ni micro-fissures, ni bavures ou rupture après découpe, ce qui est en général coûteux pour la production.

L’acier Docol HE est aujourd’hui disponible avec des limites d’élasticité de 355, 420, 460 et 500 MPa. Ces nuances sont proposées en épaisseurs de 2 à 6 mm et livrées en bobines et respectent ou dépassent les exigences de la norme EN 10149.2. Les nuances Docol HE peuvent être livrées avec double certification, afin de faciliter les productions en cours ou autoriser de nouvelles conceptions complexes, sans passer outre les normes existantes. Ce type d’acier devrait bientôt être disponible dans d’autres dimensions avec des limites d’élasticité supérieures. Adapté à de très nombreuses pièces de châssis, consoles, sièges, ainsi que des parties de groupes propulseurs, embrayages ou toute pièce soumise à un étirement des bords, l’acier Docol HE présente d’excellentes aptitudes au découpage fin, créant de nouvelles perspectives de mise en oeuvre. Notons enfin que la composition faiblement alliée de cet acier entraîne une meilleure soudabilité ainsi qu’une excellente aptitude au formage

Articles inspirés de Tolerie Magazine et de SSAB

  •  
  •