Soudage des aciers inoxydables austénitiques

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1) Les aciers inoydables austénitiques :
Par exemple, X2CrNi18-09, X6CrMoNi17-12…
Ils sont les plus employés et contiennent au minimum 10% de Chrome et 7% de Nickel et fréquemment d’autres éléments d’alliages tels que molybdène, titane, cuivre, niobium, et silicium.
La plupart des aciers austénitiques ont une composition chimique équilibrée pour contenir de 5 à 8% de ferrite delta. Cet équilibre permet d’éviter le risque de fissuration lors de la solidification durant le soudage.

2) Le soudage des aciers austénitiques :
Les aciers inoxydables austénitiques subissent la transformation Austénite==>Ferrite à haute température.
Il y a risque de fissuration à chaud. On utilise alors des aciers à très faible teneur en Carbone (C= 0,03%) ou des aciers dits stabilisés .

Souder des aciers inoxydables austénitiques à l’électrode enrobée ou par le procédé TIG et MIG ne présente pas de difficultés particulières si on observe quelques règles simples. Dans la majorité des cas, réaliser un joint soudé dans ces conditions permet d’obtenir une bonne résistance à la corrosion.

Les règles à adopter pour garantir ces bonne résistance à la corrosion sont :
– Adopter un métal d’apport de composition chimique analogue à celle du métal de base. Les fabricants de produits d’apports proposent pour chaque nuance d’acier un vaste choix d’électrodes, de fils d’apports dont la composition chimique est en principe équilibrée de façon à obtenir une structure après soudage qui comporte moins de 5% de ferrite. On évite ainsi la fissuration à chaud.
Eviter toute pollution des bords à souder qui pourrait être préjudiciable à la tenue à la corrosion de l’assemblage ou encore provoquer une fissuration à chaud de la soudure.
– Effectuer si nécessaire une passivation de la soudure qui reconstitue la pellicule d’oxydes de chrome réduite par l’opération de soudage.
Tout préchauffage et post-chauffage est inutile, voire nuisible.

En conclusion, la structure austénitique est sensible à la fissuration à chaud se manifestant à des températures > 1250°C, elle a une bonne résistance à la corrosion intergranulaire pour les nuances stabilisées ou à bas carbone. Elle propose une très bonne ténacité et ductilité.

3) Quelques nuances d’aciers inox austénitiques:
X10CrNi18-8 1.4310 Facile à mettre en oeuvre par conformation Bonne soudabilité Bonne résistance à la corrosion – Nuance écrouissage

 

– Ressorts
– Pièces mécaniques
X2CrNiN18-7 1.4318 Facile à mettre en oeuvre par conformation Excellente soudabilité Très bonne résistance à la corrosion – Caractéristiques améliorées à l’état écroui – Matériel ferroviaire
X5CrNi 18-10 1.4301 Très facile à mettre en oeuvre par conformation Très bonne soudabilité Très bonne résistance à la corrosion – Nuance conforme à toutes les normes

 

– Chaudronnerie
– Tubes
– Cuves
– Platerie
– Ustensiles de cuisson
X2CrNi18-9 1.4307 Très facile à mettre en oeuvre par conformation Excellente soudabilité Très bonne résistance à la corrosion – Nuance très bas carbone.
– Bonne aptitude au soudage

 

– Chaudronnerie
– Nucléaire
– Métal déployé
– Echangeurs
X2CrNi19-11 1.4306 Très facile à mettre en oeuvre par conformation Excellente soudabilité Très bonne résistance à la corrosion – Nuance très bas carbone
– Affecté au nucléaire
– Carbone <0,2
– Chaudronnerie
– Nucléaire
X6CrNiTi18-10 1.4541 Facile à mettre en oeuvre par conformation Excellente soudabilité Très bonne résistance à la corrosion -Stabilisé Titane
– Résistance à la corrosion des zônes soudées
– Résistance au fluage
– Tubes
– Résistances chauffantes
– Aéronautique
X8CrNi 25-21 1.4845 Mise en oeuvre par conformation moyenne Très bonne soudabilité Très bonne résistance à la corrosion – Résistance à l’oxydation à chaud jusqu’à 1100°C Equipements de fours
  •  
  •  
  •  
  •  
  •