Comment souder à l’arc (électrode enrobée)

Suite du chapitre 4 de l’ouvrage de Jean MATON qui traite du soudage manuel à l’arc avec électrode enrobée

Vous pouvez aussi consulter le cours précédent qui traite des électrodes enrobées ou le sommaire . Dans cette nouvelle partie nous allons parler plus particulièrement de l’amorçage de l’arc, des mouvements de soudage et des inclinaisons des électrodes.

Voici le sommaire:
  • 1. Amorçage par frottement :
  • 2. Par tapotements :
  • 3. Mouvement alternatif de l’électrode :
  • 4. Inclinaisons de l’électrode :
  • –a) Soudage à plat
  • –b) Soudage en angle plat
  • –c) Soudage vertical descendant
  • –d) Soudage vertical descendant
  • –e) Soudage au plafond

5. Inclinaison de l’électrode lors du soudage d’un joint bout à bout, en angle et à recouvrement

Pour l’amorçage de l’arc, le soudeur à deux méthodes à sa disposition :

  • 1. Amorçage par frottement : Frotter l’électrode sur le métal de base comme pour allumer une allumette.
  • 2. Par tapotements : Frapper légèrement, à coups répétés, le métal de base avec l’électrode.
  • 3. Mouvement alternatif de l’électrode : Il est souvent nécessaire de déposer un cordon plus large. Cela s’obtient en imprimant un mouvement de va-et-vient ( alternatif ) transversal, à l’électrode à mesure que l’on avance. On peut de cette façon déposer plus de métal sur une surface plus grande.

Parmi les nombreux mouvements alternatifs, celui illustré à la Fig 4-31a est le plus courant. Le mouvement, quel qu’il soit, doit toujours être régulier. Dans le cas contraire, où s’il y a un trop grand écart entre deux oscillations, on obtient une fusion insuffisante et du laitier est emprisonné entre les passes.


Sens de soudage
Sens de soudage

4. Inclinaisons de l’électrode :
  • a) Soudage à plat : L’électrode est en général légèrement inclinée dans le sens d’avancement du soudage ( Fig 4-32 ) afin que le souffle de l’arc repousse le métal et le laitier vers le cordon. Si le laitier a tendance à rester en avant ou à trop couvrir le bain, on allonge l’arc et on augmente l’inclinaison de l’électrode à laquelle on peut imprimer un balancement. On raccourcit au contraire l’arc et on diminue l’inclinaison de l’électrode à laquelle on peut imprimer un balancement, si le laitier est classé trop loin sur le cordon de soudure. Pour que le laitier suive régulièrement l’électrode en couvrant à moitié le bain, on peut être amené à tenir l’électrode verticalement et à incliner légèrement la pièce vers l’avant.


    Inclinaison de l’électrode
    Inclinaison de l’électrode

    • b) Soudage en angle plat : Tenir l’électrode inclinée à 80° dans le sens de l’avancement et inclinée de 35 à 45° sur l’horizontale. En cas de morsure de la tôle verticale, incliner un peu ( Fig 4-33 ).


      Inclinaison de l’électrode 2
      Inclinaison de l’électrode 2

    • c) Soudage vertical descendant : On tient généralement l’électrode perpendiculaire ou légèrement inclinée dans le sens du mouvement ( Fig 4-34 ). Le laitier doit être maintenu au-dessus du bain. Pour cette application, l’inclinaison doit être adaptée soit dans le sens de l’avancement, soit dans le sens opposé à l’avancement ( Fig 4-35 ). Si le laitier a tendance à descendre sous le bain, on réduira l’inclinaison ( Fig 4-34 ).
    • d) Soudage vertical descendant : On tient l’électrode perpendiculaire ou inclinée dans le sens opposé à l’avancement ( Fig 4-35 ). Si le métal ne se solidifie pas assez vite, on écarte un peu l’arc à intervalles réguliers. Ceci n’est pas admis pour les électrodes basiques, pour lesquelles il faut agir sur le courant de soudage.


      Inclinaison de l’électrode 3
      Inclinaison de l’électrode 3

    • e) Soudage au plafond : L’électrode est inclinée dans le sens d’avancement, comme pour le soudage horizontal. On obtient parfois un cordon plus régulier et une morsure moindre en donnant à l’électrode un petit mouvement alternatif dans le sens de la soudure ( Fig 4-36 ).
    5. Inclinaison de l’électrode lors du soudage d’un joint bout à bout, en angle et à recouvrement

    Les valeurs sont données au tableau ci-après:


    Tableau de soudage
    Tableau de soudage

    Remarque :

    • Lors du soudage, la formation d’un  » trou de serrure  » est le signe d’une bonne pénétration.
    • Pour continuer une portion de soudure déjà exécutée, on amorce l’arc à 15 mm en avant de la fin du cordon de soudure, puis on revient en arrière jusqu’à la fin du cordon. Une fois que le bain de fusion s’est formé à cet endroit, on inverse le sens de déplacement de l’électrode afin de reprendre le sens normal de déplacement de l’électrode de gauche à droite.
    • D’une manière générale, le pointage et le premier cordon s’exécutent avec une électrode cellulosique afin d’obtenir une bonne pénétration.
  • L’inclinaison de l’électrode lors du soudage des tuyauteries est donnée dans le tableau suivant:


    Tableau de soudage 2
    Tableau de soudage 2

  • Le rechargement des plaques et des arbres se fait selon une séquence bien déterminée afin de diminuer les déformations.
  • Les pièces massives devront être préchauffées avent de procéder à leur rechargement.
  • Il faut toujours prévoir une légère surépaisseur, après rechargement, afin de redonner à la pièce ses dimensions initiales après les divers usinage.
  • Les pièces rechargées doivent être refroidies lentement, à température ambiante, avant de pouvoir usiner la ou les parties rechargées.

Vous pouvez aussi consulter le cours précédent qui traite des électrodes enrobées , le suivant qui explique le réglage des postes à souder ou le sommaire .