Phénomènes métallurgiques en tuyauteries

rocdacier

Admin
Admin
Membre échange
Weld Club
3.2.4 PHENOMENES METALLURGIQUES IMPORTANTS EN TUYAUTERIES


1. Le phénomène de fluage : Les températures élevées altèrent progressivement les capacités de résistance de l'acier. Une éprouvette en acier soumise à une contrainte constante et à température élevée va s'allonger en fonction du temps, jusqu'à se rompre => c'est le phénomène de fluage. Cette diminution de la résistance avec le temps d'un acier maintenu à une température élevée ( t°C ) et soumis à contrainte est schématisée à la Fig 3-105.

Pour les aciers au carbone ( ordinaire ), le phénomène de fluage ne commence à devenir préoccupant que pour des température de l’ordre de 350 à 400°C.

Lorsqu’il s’agit de réaliser des tuyauteries destinées à travailler à des températures plus élevées, on a recours à des aciers alliés ( au Cr-Mo du type 13 Cr Mo 44 ou A335 g P11 par exemple ) qui présentent une meilleure résistance au fluage.

2. Le phénomène de relaxation: Nous avons déjà traité ce sujet ci-avant, retenons que les contraintes résultant d’une déformation que l’on maintient constante vont décroître avec le temps et ce d’autant plus vite, que la température est élevée.

3. La fatigue des matériaux : C’est la diminution de la résistance du matériau sous l’effet d’efforts variables avec le temps. La rupture par fatigue débute toujours par une fissure s’amorçant dans une zone de concentration de contraintes, c’est-à-dire là ou il y a discontinuité de structure ( trous, entailles, réduction brusque de section, .... ). Cette fissure se propage alors jusqu’à ce que la section non fissurée ne soit plus suffisante pour résister aux efforts appliqués et c’est la rupture.
 
Haut