Le gougeage, arc-air.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour terminer le chapitre 9, voici le gougeage. Après le dernier cours qui traite des  autres procédés de découpage , tout ceci complète l’ensemble de l'ouvrage sur le soudage .

9.6 NOTES SUR LE GOUGEAGE
Sommaire:

  • 9.6.1 Gougeage à l’arc-air
  • –Avantages et inconvénients
  • Gougeage à l’arc plasma
  • Gougeage par oxycoupage
  • Qualité du gougeage
  • Nettoyage des pièces

Le gougeage est une opération permettant de creuser un sillon dans le métal de base pour le préparer au soudage ( ex. gougeage de reprise à l’envers ) Il permet également de réparer des soudures externes ou internes qui ont pu être décelées aux rayons X ou à l’U-S, ou encore enlever une soudure sur divers matériaux aciers ou faiblement alliés, ou encore fortement alliés et inox, fontes, cuivre, alliages légers. Le gougeage peut être effectué soit à l’aide de procédés mécaniques ( burinage, meulage ), soit à l’aide de procédés thermiques tels que l’arc-air, le jet de plasma et l’oxycoupage. Nous nous intéresserons à ces trois derniers.


Le Gougeage
Le gougeage

9.6.1 Gougeage à l’arc-air

Le gougeage à l’arc-air avec électrode constituée de carbone revêtu d’une pellicule de cuivre pour le transfert du courant et un jet d’air comprimé sous une pression supérieure à 5,5 bars, pour un débit compris entre 0,85 à 10 10 m³/min par exemple. C’est une technique qui détruit le métal le long d’une saignée, en créant un bain de fusion à l’arc électrique, puis en éjectant le métal fusionné à l’aide du jet d’air ( ou d’oxygène ) comprimé et sec.

C’est un procédé simple et rapide, mais très bruyant. Le principe général est identique à ce que nous avons vu au paragraphe 9.2.3.


Gougeage Arc Air
Gougeage Arc Air

La plupart du temps, on utilise le courant continu ( CC ou DC ) à polarité inversée, avec l’avantage de pouvoir gouger tous les métaux, mais certaines électrodes sont conçues spécialement pour être utilisées avec un courant alternatif ( CA ou AC ). La tension d’arc est d’environ 40 à 50 V et le courant est réglé en fonction du diamètre de l’électrode de gougeage utilisée ( Voir tableau Fig 9-32 ) => Us = 30 + 0,04 Is.

Avantages et inconvénients

Avantages:
  • Mise en œuvre facile
  • Pas dangereux avec de bons E.P.I
  • Coûts limités comparés au gougeage au gaz ou au meulage
  • Investissement limité avec un équipement MMA muni de la fonction gougeage, il vous suffit de rajouter une torche de gougeage
  • Les fissures sont faciles à repérer, idéal en production
Inconvénients:
  • Procédé bruyant
  • Beaucoup de particules dans l’air
  • Coût des opérations supérieur au gougeage plasma

9.6.2 Gougeage à l’arc plasma

Nous avons vu au paragraphe 9.2.4 que l’arc plasma est généralement connu pour couper les métaux, mais il constitue aussi un très bon procédé de gougeage. Ce procédé procure les mêmes caractéristiques de rapidité et de qualité, mais en plus il est moins bruyant que le gougeage à l’arc-air. Généralement, le gougeage à l’arc plasma est pratiqué dans les ateliers comportant déjà une ou plusieurs installations de coupage à l’arc-plasma et ce étant donné que les investissements sont très élevés. Dans le cas contraire, il faut passer à un autre procédé de gougeage.[ads2][/ads2]

Mais lorsque l’on possède ces installations, il suffit de posséder quelques accessoires spécifiques au gougeage pour utiliser ce procédé avec un prix de revient très raisonnable.
La tuyère de gougeage est généralement plus large que pour le coupage, mais on utilise les mêmes gaz avec sensiblement les mêmes avantages et inconvénients. Pour les gouges profondes, on travaille avec des angles larges et des vitesse lentes, tandis que des angles de petites amplitudes couplés à des vitesses plus

Rapides vont engendrés des gouges étroites.
Maintien de la torche de gougeage : Il est important d’ouvrir le robinet d’air comprimé avant de commencer à gouger pour éviter la surchauffe de la torche et éviter les inclusions de carbone dans la pièce. L’électrode doit former un angle de 45° avec la pièce, de sorte que l’air comprimé s’écoule et impacte le métal en fusion à l’arrière de l’électrode ( Fig 9-36 ). Le gougeage peut se faire en toutes positions.


Choix diamètre du crayon pour le gougeage
Choix diamètre du crayon pour le gougeage

Choix de la polarité :
  • Aciers et inoxydables
  • polarité +
  • Fontes grises
  •  » +
  • Alliages de cuivre
  •  » + ou –
  • Alliages de nickel
  •  » –

Il existe des tableaux fournis par les fabricants ( ex. Fig 9-37 ) qui peuvent parfois aussi donner le taux de retrait du métal, la largeur des saignées et leur profondeur ainsi que les diamètres de forage.
Adapter la vitesse et le stick-out : Vitesse de gougeage : environ 1 m/min
La profondeur est réglée par la vitesse de déplacement.
Une gorge formant un demi-cercle est obtenue, la profondeur d’une saignée correspond +/- au diamètre de l’électrode utilisée.
Pour une vitesse de gougeage correcte, on obtient un bruit régulier tel qu’un sifflement. A l’inverse, si le son est irrégulier, il proviendra d’une vitesse trop lente.
L’électrode doit dépasser de 100 à 150 mm de la torche ( Fig 9-36 ).

9.6.3 Gougeage par oxycoupage

Il est nécessaire d’utiliser un chalumeau avec une tête de coupe spéciale permettant d’effectuer le gougeage de la pièce. Comme pour le paragraphe 9.6.2, l’angle de la tête détermine le profondeur du sillon. La vitesse d’avance influence aussi l’aspect du sillon.

  • Vitesse d’avance trop lente
  • Sillon trop large et profond
  • Vitesse rapide
  • Sillon étroit et superficiel

Ce qui a été écrit au paragraphe 9.2.1 reste également valable ici. Le gougeage par oxycoupage ne peut être utilisé que pour le gougeage des pièces en acier au carbone.

9.6.4 Qualité du gougeage

Un bon sillon est régulier et sans scories. Ses dimensions ( largeur et profondeur ) doivent être conformes aux spécifications. Les principaux défauts survenant lors du gougeage d’une pièce sont l’irrégularité du sillon et l’inclusion des scories.

  • Irrégularité du sillon
  • Vitesse d’avance irrégulière
  • Chaleur excessive ou insuffisante
  • Irrégularité des scories
  • Mauvais ajustement de la chaleur
  • Mauvais nettoyage du sillon

9.6.5 Nettoyage des pièces

Les pièces doivent être généralement nettoyées avant et après les opérations de préparation ( coupage, préparation des joints ou gougeage ). La méthode de nettoyage dépendra du type de saletés rencontrés., par exemple :

  • Couche de peinture
  • Brossage avec une brosse métallique appropriée au métal à nettoyer (Enlèvement au moyen d’un chalumeau)
  • Calamine
  • Léger préchauffage
  • Matière grasse
  • Nettoyage à la vapeur ou à l’aide d’un solvant
  • Rouille
  • Meulage, brossage avec une brosse métallique appropriée ou martelage

Les principales méthodes de nettoyage restent le meulage, le martelage, le burinage et le limage. Le choix des burins et des limes sera fonction du type de travail à réaliser

Ceci termine le chapitre 9 et suit le dernier cours qui traite des autres procédés de découpe , le suivant sera consacré au contrôle des soudures tout ceci complète l’ensemble de l'ouvrage sur le soudage .

  •  
  •  
  •  
  •  
  •