La sécurité en soudage TIG, choisir la teinte du verre

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Et on continue le travail de Jean. Précédemment, on a vu les défauts en soudage TIG . Désormais, c’est la sécurité en soudage TIG que l’on va mettre en avant avec quelques défauts courants.

A voir aussi:le sommaire de l’ouvrage sur le soudage

5.1.9 Dispositifs de sécurité sur torches

1.Dispositif anti-cratère ou « évanouisseur » d’arc ( crater filter )
C’est un dispositif provoquant la rupture progressive du courant de soudage, par adjonction d’une résistance shuntée avec l’interrupteur. Lors de la solidification du cratère terminal, la retassure très importante est le siège de fissures. On ne peut travailler comme en soudage oxyacétylénique ( gouttes ), ainsi le montage est réalisé de telle sorte que lorsque le soudeur a cessé d’appuyer sur la gâchette, cela va provoquer une diminution du courant qui continue à passer à travers de la résistance. La rupture définitive du courant a lieu après un temps préréglé par le temporisateur.

2. Dispositif de sortie des gaz
Avec une torche ordinaire, on assistait souvent à l’obtention d’un bain très instable. On a mis au point un filtre dit lentille à gaz ( gaz lens ) dont le rôle consiste à favoriser une sortie de gaz non turbulente, c’est-à-dire laminaire. Le bain est plus calme, l’électrode peut sortir de la buse de 15 mm. La consommation de gaz est alors réduite.


Torche TIG
Torche TIG

5.1.10 Mesures de sécurités

Dans les procédés de soudage sous gaz, l’absence de cratère coiffant l’électrode permet à l’arc de rayonner dans un angle largement ouvert. L’absence de laitier transforme le bain de fusion et les abords en un véritable miroir dont le pouvoir réflecteur est très élevé, surtout dans le cas des alliages légers. Les rayons U.V ont une émission 3 à 4 fois plus importante qu’en soudage avec électrode classique. Les rayonnements brûlent certaines matières organiques telles que le coton par exemple. L’exposition de la peu peut être cause d’un érythème. L’action sur l’œil est nocive et source de conjonctivite.

Les I-R sont 1,5 fois plus importants que ceux du soudage manuel et peuvent provoquer la cataracte, sauf si le soudeur porte des verres filtrants de très bonnes qualités.
Les rayons réfléchis sont tout aussi dangereux que les rayons directes, les personnes qui se trouvent au voisinage d’émissions doivent également se protéger.
Protections nécessaires : L’opérateur évitera les expositions aux rayonnements, il fera appel aux gants spéciaux ( TIG ), tablier en cuir, couvre-nuque et un casque équipé de verres spéciaux absorbants les rayons I-R et U.V.. Le tableau ci-dessous permet de prédéterminer les filtres de protection oculaire d’après la norme allemande DIN.


Choisir la teinte du verre pour le soudage
Choisir la teinte du verre pour le soudage

Exemple : Pour un travail en TIG nécessitant un courant de soudage de 100A, adopter des verres N° 12.
Lorsque l’on soude sous argon dans un atelier, le poste doit être isolé par des écrans en tôle ou en toile ignifugée et opaque. Les écrans et les murs seront peints au moyen d’une couleur absorbant les rayons U-V et I-R ( s’adresser aux spécialistes ). Il est interdit de dégraisser les pièces à l’aide de solvants chlorés dans le local ou l’on soude. Ce dégraissage doit se faire dans un local aéré et bien avant le soudage. Les solvants tels que le trichloréthylène et le perchlorèthylène sont transformés par les rayonnements U-V de l’arc électrique en un gaz appelé phosgène très toxique.
Les rayonnements U-V très abondants dans ce procédé de soudage, ont la propriété de transformer l’oxygène en ozone qui a une action nocive sur l’organisme humain ( irritation des yeux et du nez ).

Voir aussi: le sommaire de l’ouvrage sur le soudage , le cours précédent sur les défauts en soudage TIG ou le suivant sur le soudage MAG

  •  
  •  
  •  
  •  
  •