Symboles utilisés en métallurgie du soudage

Aidez le site et recevez des stickers

Renseignez votre adresse postale en commentaire

Stickers Rocdacier

10,00
Sélectionnez un moyen de paiement
Informations personnelles

Total du don : 10,00€

Symboles de la métallurgie

Nom de la lettre grecque [entre crochets] lorsque pertinent
Vr
Vitesse de refroidissement, peut être écrit Vdt pour descente en température

Rm

Résistance mécanique maximale ou Résistance à la traction ou Tension de rupture, contrainte σ maximale développée lors d’un essai de traction (notion d’allongement).
à quel moment ça casse lorsqu’on étire l’éprouvette ?

Re

Résistance élastique ou Limite d’élasticité conventionnelle (notion d’allongement).
à quel moment on entame une déformation irréversible lorsqu’on étire l’éprouvette ?

Rp0,2

Lorsque la transition élastique-plastique est floue, on utilise la valeur de la contrainte qui laisse 0,2 % de déformation plastique lorsqu’elle est retirée.
on étire jusqu’à apparition d’une déformation plastique, on a donc dépassé d’un poil

σ

Contrainte en mPa [Sigma]

HV

Dureté Vickers (H pour Hardness)

HB

Dureté Brinell (H pour Hardness)

HR

Dureté Rockwell. Selon le procédé, sera symbolisée HRC (cône) ou HRB (bille)

K

Résilience = capacité à absorber l’énergie avant de rompre dans un essai de flexion par choc. Plus la résilience est élevée, plus le matériau est mou → “ductile” (Vs “fragile”)
➥ KCV/KCU = Résilience = J/cm2 (sur une section “libre”, entaille en V ou U)
    KV/KU = Énergie de rupture = J (sur une section normée, entaille en V ou U)

Notons que, généralement, K baisse avec Θ baisse.

T

Ténacité = capacité du matériau à s’opposer à une fissure (faible vitesse de propagation d’une fissure) → plus les grains sont fins, meilleure est la ténacité (de façon générale pour les aciers)

A%

Potentiel d’allongement plastique en pourcentage de la dimension initiale avant rupture : dimension supplémentaire prise par l’éprouvette étirée après rupture. Se calcule après un essai de traction (donc l’allongement élastique n’est pas pris en compte car ce dernier s’est rétracté).
(ex : 100mm initialement → 115mm après rupture, on obtient 15%).

Z%

Striction en pourcentage de la réduction de section de l’éprouvette avant rupture : largeur au lieu de rupture par rapport par rapport à la largeur initiale.

S0 (zéro)

Lors d’un essai mécanique, section initiale de la partie calibrée de l’éprouvette (afin d’identifier le seuil où il y a striction suite à allongement, voire déformation plastique).

[H]

Taux d’hydrogène diffusible → en métallurgie, souvent exprimé en mL/100g de métal déposé et qui a été solubilisé dans le bain de fusion.
Particulièrement important pour mesurer le risque de FAF (Fissuration à Froid).

Ceq

Carbone équivalent

mC

Masse de Carbone (les pourcentages de C avec lesquels on travaille sont des pourcentages de masse et non de volume, le C étant un atome plus petit que celui du Fe).

VCM

Vitesse Critique Martensitique : équivalent à la VLM ou la VCT

VLT

Vitesse Limite de Trempe : équivalent à la VCM ou la VCT

VCT

Vitesse Critique de Trempe : équivalent à la VCM ou la VLT

VCR

Vitesse Critique de Recuit : traitement thermique le plus rapide qui permette d’éviter (qui frôle) le domaine bainitique. On a alors une normalisation, qui n’est autre qu’un recuit rapide.

Symboles du soudage

Θep

Température entre passes (laisser refroidir jusqu’à… avant d’attaquer la passe suivante) [Theta]

Θpc

Température post-chauffage [Theta]

Θi

Température initiale (si supérieur à température ambiante, cela signifie qu’il y a pré-chauffage) [Theta]

Θmax

Température maximale atteinte (dans la courbe de température en cloche d’une opération de soudage, c’est le pic)

εLS

Energie linéaire de soudage [Epsilon], soit la quantité de chaleur (énergie calorifique) apportée par centimètre de cordon de soudure (indirectement lié au temps : plus on reste (déplacement lent), plus on accumule d’énergie localement).
De façon générale, [Epsilon] désigne une énergie (en joules). Elle est parfois écrite “E”.

tr

Temps de refroidissement, aussi noté “tr800-500″→ dans un cycle thermique de soudage (la courbe de température en cloche), correspond à la durée prise par le matériau de base pour baisser de 800° à 500° (par convention). Permet d’évaluer le risque de trempe martensitique pour un acier non ou faiblement allié.

ts

Temps de surchauffe / temps de séjour à haute température → dans un cycle thermique de soudage, correspond à la durée où Θ risque de grossir les grains par surchauffe (durée où Θ > 1100° pour l’acier non ou faiblement allié)

Vs / Vd

Vitesse de soudage / Vitesse de déplacement

d%

Taux de dilution, correspond au pourcentage de métaux de base qui participent à la ZF. Il est impacté par la εLS déployée, l’écartement des bords…