Rédaction d’un D.M.O.S selon EN ISO 15609–1

Suite du cours sur les généralités concernant les qualifications des soudeurs , voici un cours qui fait un peu doublon avec le mien (Rédiger un DMOS ). Appelé Rédaction d’un DMOS selon la norme EN ISO 15609-1 par son auteur JEAN. Sommaire du livre sur le soudage

11.1.5 Rédaction d’un D.M.O.S (EN ISO 15609 – 1)

Sommaire:

Exemples de paramètres et indications du D.M.O.S

  • 1. Procédé de soudage
  • 2.Spécifications du matériau de base
  • 3. Type de joint soudé
  • –a) Codification pour le type d’assemblage de soudage

    –b) Codification pour le mode d’assemblage

  • 4. Position de soudage de l’assemblage EN ISO 6947
  • 5. Métal d’apport de qualification
  • 6. Diamètre des métaux d’apport
  • 7. Préparation géométrique du joint soudé
  • 8. Répartition des passes de soudage
  • 9. Méthode de préparation de l’assemblage
  • 10. Méthode de nettoyage préalable de l’assemblage
  • 11. Gaz industriel de soudage
  • 12. Flux de protection en poudre
  • 13. Diamètre et nature de l’électrode réfractaire
  • 14. Nature du courant de soudage
  • 15. Polarité de l’électrode ou du fil
  • 16. Paramètres de soudage
  • 17. Température de préchauffage
  • 18. Température maximale entre passes
  • 19. Nettoyage à réaliser entre passes
  • 20. Support envers et gougeage
  • 21. Température de post chauffage
  • 22. Traitement thermique après soudage

C’est un document et une procédure qui permet, à une entreprise, de pouvoir répéter une série de soudures. Sur le D.M.O.S, on retrouve les informations nécessaires pour la préparation avant soudage, les réglages du poste à souder et les informations sur les matériaux mis en œuvre (métal d’apport et matériaux soudés). Le D.M.O.S est obligatoire à une entreprise qui souhaite valider une procédure de soudage (Q.M.O.S) et aussi qualifier le soudeur. Le soudeur doit pouvoir interpréter un D.M.O.S, mais aussi respecter les consignes pour réaliser la ou les soudures, conformément à ce document. Les personnes concernées par le D.M.OS sont : Le responsable du soudage, le soudeur qualifié, le contrôleur et l’inspecteur(attention un D.M.O.S par soudeur).

Remarque : Dans le cadre de la qualification d’un soudeur, on peut réaliser un D.M.O.S – P (Fig 11-1) suivant la norme EN 288-3 qui est assez similaire au D.M.O.S définitif et qui d’ailleurs peut être établi à partir de ce denier mais en indiquant D.M.O.S – P.

Exemples de paramètres et indications du D.M.O.S

1. Procédé de soudage : Fig 2-41

2.Spécifications du matériau de base (exemples courants)

:
Indiquer la nuance normalisée et/ou commerciale, la norme de référence et le groupe du matériau.

  • W01 : Aciers non alliés à basse teneur en carbone, aciers faiblement alliés et aciers à grains fins
  • W02 : Aciers résistant au fluage au Cr et Mo – Cr, Mo – V
  • W03 : Aciers de construction à grains fins, normalisés, trempés et revenus et aciers à traitements thermomécaniques, de conditions de soudage similaires contenant de 2 à 5% de Ni
  • W04 : Aciers ferritiques ou martensitiques contenant 12 à 20% de Cr
  • W11 : Aciers inoxydables austéno-ferritiques et aciers inoxydables austénitiques Cr-Ni

Exemple de désignation : S 355 K2 G3 – EN 10025 – Groupe W01 – EN 288-3 EN ISO 15614-1

3. Type de joint soudé :

Il s’agit d’une suite de symbolisations qui déterminent avec précision, le type de joint réalisé. Les variables suivantes seront utilisées :

a) Codification pour le type d’assemblage de soudage

  • P : Essai de soudage sur tôle
  • P-BW : Essai de soudage sur tôle en bout à bout
  • T : Essai de soudage sur tube
  • T-BW : Essai de soudage sur tube en bout à bout
  • P-FW : Essai de soudage sur tôle en angle
  • T-FW : Essai de soudage sur tube en angle

b) Codification pour le mode d’assemblage

  • ss : Essai de soudage d’un seul côté
  • gg : Avec gougeage par meulage
  • bs : Essai de soudage de deux côtés
  • nb : Essai de soudage sans support envers
  • ng : Sans gougeage par meulage
  • mb : Essai de soudage avec support envers
  • 4. Position de soudage de l’assemblage EN ISO 6947 : voir Fig 2-30 et 2-40

    5. Métal d’apport de qualification

    • wm : Avec du métal d’apport (hors électrode enrobée)
    • nm : sans métal d’apport
    • A : Enrobage acide (électrode enrobée)
    • B : Enrobage basique  »  »
    • C : Enrobage cellulosique  » « 
    • R : Enrobage rutile (électrode enrobée)
    • RA : Enrobage rutilo-acide  » « 
    • RB :  » rutilo-basique  » « 
    • RC :  »  » -cellulosique  » « 
    • RR :  » rutile épais  » « 
    • S : Autres


    Exemple de fiche de DMOS
    Exemple de fiche de DMOS

    6. Diamètre des métaux d’apport

    La ou les dimensions des métaux d’apport utilisés sont à préciser à chaque passes ou série de passes.

    7. Préparation géométrique du joint soudé

    Sur le formulaire D.M.O.S, réaliser un croquis de préparation du joint soudé (Fig 11-1) qui devra reprendre :

    • Epaisseur de la pièce 1 et 2 (si nécessaire)
    • Diamètre de la pièce 1 et 2 (si nécessaire)
    • Angle d’ouverture du chanfrein en degrés (si nécessaire)
    • Rayon en fond de chanfrein type tulipe en U en mm (si nécessaire)
    • Jeu de soudage entre les pièces (si nécessaire)
    • Talon ou méplat en mm (si nécessaire)
    • Angle d’inclinaison des pièces « 
    • Les tolérances doivent être précisées pour les dimensions ayant une importance essentielle (si nécessaire)

    8. Répartition des passes de soudage

    Un deuxième croquis sera réalisé sur le D.M.O.S afin de représenter les éléments ci-après :

    • Le nombre total de passes ou de séries de passes
    • Le numéro de chaque passe de soudure pur chaque procédé
    • La séquence de soudage
    • La section soudée (si nécessaire)
    • La gorge de soudure ou apothème (si nécessaire)

    9. Méthode de préparation de l’assemblage

    Exemple : Oxycoupage, cisaillage, meulage, usinage, fraisage, grignotage

    10. Méthode de nettoyage préalable de l’assemblage

    Exemple : Moulage, brossage, dégraissage, sablage

    11. Gaz industriel de soudage (si nécessaire)

    La désignation commerciale et les pourcentages de la composition du gaz sont précisés pour chaque passe ou série de passes avec procédés de soudage des gaz de protection (141, 131, 135, 136, 137, 15, 311)

    • Gaz de protection endroit, annulaire ou à la torche (si nécessaire)
    •  »  » envers (si nécessaire)
    • Gaz plasmagène (si nécessaire)
    • Gaz traînard (si nécessaire)

    Les débits de gaz sont précisés en l/min ou m³/h pour chaque type de protection. L’indication de la pression de service du réseau d’alimentation peut être un plus.

    12. Flux de protection en poudre (si nécessaire)

    La désignation commerciale et la désignation normalisées sont précisées pour chaque passe ou série de passes avec procédé de soudage avec flux en poudre.

    13. Diamètre et nature de l’électrode réfractaire (si nécessaire)

    Le type normalisé selon EN 26848 de l’électrode de tungstène (électrode réfractaire ou infusible) et le diamètre sont précisés pour chaque passe ou série de passes de soudage 141 et 15.

    • Tungstène pur (couleur d’extrémité verte)
    • Tungstène thorié (0,5 à 4% thorium – couleur d’extrémité rouge)
    • Tungstène cérié (0,5 à 4% cérium)
    • Tungstène zirconié (0,5 à 4% zirconium)

    Codification et composition d’une électrode
    Codification % oxyde Nature oxyde Impuretés% Tungstène% Couleur repère
    WP —- —– < 0,2 99,8 Vert WT4 0,35 à 0,55 Th02 " solde Bleu WT10 0,8 à 1,2 " " " Jaune WT20 1,7 à 2,2 " " " Rouge WT30 2,8 à 3,2 " " " Violet WT40 3,8 à 4,2 " " " Orange WZ3 0,15 à 0,9 " " " Brun WZ8 0,7 à 0,9 " " " Blanc WC20 1,2 à 2,2 " " " Gris

    14. Nature du courant de soudage

    La nature du courant de soudage est impliqué dans le descriptif

    • Courant continu (CC ou DC)
    • Courant lissé ou courant pulsé
    • Courant alternatif (CA ou AC)

    15. Polarité de l’électrode ou du fil (+ ou -)

    16. Paramètres de soudage

    Les valeurs de l’intensité en Ampères, de la tension en Volts, de la vitesse de soudage en cm/min, du dévidage du fil cm ou m/min, l’énergie de soudage en J/cm sont indiquées pour chaque passe ou série de passes dans le formulaire .

    17. Température de préchauffage

    La température de préchauffage avant soudage doit être indiquée en °C dans le formulaire principalement pour les aciers faiblement alliés et les aciers sensibles à la trempe.

    18. Température maximale entre passes

    La température maximale entre passes à ne pas dépasser (vérifiée avant chaque nouvelle passe de soudure) doit être indiquée en °C sur le formulaire.

    19. Nettoyage à réaliser entre passes (si nécessaire)

    La méthode utilisée de nettoyage entre passes doit être indiquée (ex. Meulage, brossage, dégraissage, burinage)

    20. Support envers et gougeage

    La présence d’un support envers et la méthode utilisée pour assurer un gougeage envers éventuel doit être précisée.

    21. Température de post chauffage (si nécessaire)

    La température de post chauffage doit être indiquée en °C avec le temps de maintien sur le formulaire.

    22. Traitement thermique après soudage (si nécessaire)

    Les conditions de réalisation des traitements thermiques après soudage sont indiquées sur le formulaire.

    • Inclinaison de la torche de soudage automatique
    • Distance tube de contact/pièce
    • Largeur de balayage en automatique, temps d’arrêt
    • Temps de pulsation, fréquence de pulsation, rapport cyclique
    • Etuvage des produits d’apport

    Ce cours est la suite du cours sur les généralités concernant les qualifications des soudeurs , appelé Rédaction d’un DMOS selon la norme EN ISO 15609-1 par son auteur JEAN. Vous pouvez aussi consulter le Sommaire du livre sur le soudage ou Rédiger un DMOS ou encore le cours suivant sur la qualification des soudeurs approfondie